Jeu de rôle et poésie: Sens Néant

A l’occasion de la sortie de Sens Néant de Romaric Briand, je voudrais vous parler de ce troisième opus de l’hexalogie Sens (que je connais depuis juin 2010 et dont j’ai été relecteur) et de ce qu’il apporte au jeu de rôle. Je précise tout de suite qu’il n’est pas nécessaire, selon moi, de s’intéresser au reste de l’hexalogie pour profiter de Sens Néant (il suffit de sauter la lecture de l’introduction et de la conclusion du livre).
Sens Néant introduit une puissante poésie dans et par le jeu. Il explore ainsi un potentiel du jeu de rôle peu exploré: la beauté.

Les sétantras

Sens Néant vous propose de jouer des « sétantras », des créatures dont la particularité essentielle, qui les rend réellement non-humains et intéressants pour le jeu de rôle, est de ne pas avoir les mêmes sensations que les êtres humains. Un sens en particulier est intéressant: le mentis, qui permet de percevoir les sentiments des autres mais également d’exprimer les siens. Cela est rendu possible par la répartition des sentiments entre six éléments symboliques: le Feu, l’Eau, l’Air, la Terre, la Lumière et l’Ombre, chacun associé à un ensemble de sentiments cohérents:

  • Le Feu symbolise l’ardeur, la passion, la colère…
  • L’Eau symbolise le plaisir, la sagesse, la justice…
  • La Terre symbolise la loyauté, l’énergie vitale, le pragmatisme…
  • L’Air symbolise le besoin de liberté, l’insouciance, l’ennui…
  • La Lumière symbolise la volonté de savoir, la certitude, l’émerveillement…
  • L’Ombre symbolise le doute, l’anxiété, l’onirisme…

La communication des sétantras repose donc sur l’échange permanent de leurs sentiments sur telle ou telle situation, sur eux-mêmes, sur leurs relations… en émettant différentes combinaisons de ces éléments. Lancer une boule de feu à un autre (Air+Feu) permet de sousentendre une colère passionnée mais sans fondement envers un autre. Se faire dégouliner d’eau des profondeurs (Eau+Ombre) suggère un désespoir profond et solide. Une bruine d’eau tiède jetée sur un autre (Eau + Air + Feu) peut signifier le désir doux mais intense envers l’autre, et ainsi de suite.

Ajoutons à cela que Myriade, le monde des sétantras, est entièrement composé de ces six éléments. Chaque chose, chaque animal, chaque être fabuleux, l’Océan et les montagnes mêmes, sont composés de combinaisons de ces six éléments. Les êtres les plus complexes (dragons, phénix, ombres vivantes…) en totalisent un plus grand nombre, les êtres plus simples (arbres, mousses, vagues…) en ont moins.

Les innovations de Sens Néant pour le jeu de rôle

Le premier apport de Sens Néant est de créer entre les joueurs un langage exprimant directement les sentiments de leurs personnages. La combinaison d’éléments apporte une gamme vaste et subtile de nuances de sentiments qui nous plongent intégralement dans leurs relations et leurs émotions.
Ce langage par les symboles s’instaure aisément entre les joueurs. A force d’échange, le sens de chaque combinaison d’élément devient évident et les joueurs peuvent ainsi exprimer sans difficulté les émotions de leurs personnages: une expérience ludique puissante et prenante.
C’est un langage proprement poétique puisqu’il permet non pas de « dénoter », c’est-à-dire de décrire le monde comme il est, mais de « connoter », c’est-à-dire de décrire le monde comme on le sent et on le perçoit, ce qui est une des fonctions de la poésie et qui nous amène dans une expérience ludique sans précédent.

Le second apport de Sens Néant est l’immense espace de créativité qu’il ouvre. Ces six éléments fondamentaux permettent de jouer un vaste éventail de personnages, inspirés des objets (j’ai joué ainsi un arbre fertile et sage ainsi qu’une source d’eau des profondeurs), des être fabuleux (un feu follet, un dragon…) et même des concepts (jouer le crépuscule ou la fascination).
Cette créativité est renforcé par l’animisme fondamental du monde. Parce qu’ils sont composés des six éléments, chaque être, chaque animal, chaque végétal, chaque objet peut parler et échanger des sentiments, aussi petit ou grand soit-il. Un désert, un menhir, un orage peuvent communiquer avec vous et sont teintés des sentiments qui les composent. Un torrent (Eau + Terre + Lumière) est heureux et fait preuve d’une certaine sagesse tranquille; un sous-bois ombragé (Terre + Lumière + Ombre) est sans doute un érudit hésitant; une salamandre (Eau + Feu + Terre + Ombre) est habitée par une passion puissante, mais aussi par des émotions plus complexes, dont une certaine tristesse.
La complexité de l’univers ne fait que renforcer cette beauté intense: enjeux politiques, histoire vaste, personnages hauts en couleur… Un mal étrange appelé l’Acide détruit petit à petit ce monde en propageant l’indifférence et c’est aux personnages d’en découvrir et d’en comprendre la source au milieu des nombreux conflits entre les six écoles de foi qui vénèrent chacune un élément. Il y a de quoi jouer longtemps sans effort et les révélations sur l’univers sont magnifiques et bouleversantes, connectant peu à peu Myriade avec la science-fiction.

Sens Néant est donc pour moi une référence, un jeu de rôle proprement poétique, mêlant beauté et subjectivité, permettant l’expression de ses émotions grâce à une palette magnifique de couleurs, dont le seul égal est Prosopopée de Frédéric Sintes. C’est la seule oeuvre à ma connaissance ayant réussi à allier aussi incroyablement poésie, fantasy et science-fiction. Personne ne s’intéressant au jeu de rôle ou à la poésie ne devrait sousestimer Sens Néant.

Pour acheter le jeu

La fiche du GRoG

Le podcast de la Cellule où vont bientôt débouler plusieurs podcasts sur Sens Néant

Une réflexion au sujet de « Jeu de rôle et poésie: Sens Néant »

Les commentaires sont fermés.